06 73 94 59 93 support@viti-coaching.com

Quelle est la différence entre un robot et un être humain ?

Le robot est programmé pour ne pas sortir du cadre et vous êtes faits pour rêver.

 

Nul n’échappe à l’évolution de son métier avec l’arrivée du numérique. Les métiers des ressources humaines tendent à s’externaliser avec les nouveaux outils de paie et de sourcing des talents, les managers qui jadis détenaient le savoir et le savoir-faire, se retrouvent en concurrence avec la multitude d’informations qu’on peut trouver sur internet ou sur les réseaux sociaux, enfin, les métiers dits « techniques » sont menacés par la robotisation.

Ironie du sort, certains métiers du digital même, sont appelés à disparaitre. La profusion d’outil qui permettent de travailler en autonomie et l’agilité digitale acquise par chacun au fil des années remettront bientôt en question les métiers de web-master, marketing digital officer, community manager, qui tendent à pouvoir être exercés par de plus en plus de personnes qui pourront coupler leur activité principale au sein d’une entreprise, avec par exemple une gestion automatisée d’animation de communauté.

Plus de 80% des tâches effectuées aujourd’hui par l’homme, y compris dans des domaines comme la comptabilité ou le juridique, pourraient être aujourd’hui assurées avec plus d’efficacité et de rentabilité par des machines. Bref, un horizon peu séduisant pour beaucoup et pour le moins angoissant. En y réfléchissant, on se dit que le numérique apporte beaucoup au collectif mais insécurise l’individu.

%

des métiers informatisés dans un futur proche d’après une étude menée par McKinsey

Demain tous tertiaires ? En réalité non, car même si les compétences relationnelles des collaborateurs sont amenées à évoluer, leurs compétences techniques le sont aussi ! À l’ère du numérique justement, impossible de couper à quelques notions d’informatique.

 

« Il y aura certes ces nouveaux métiers mais on se dirige davantage vers une hybridation des professions et un élargissement des tâches »

La palette de compétences de chacun sera amenée à être développée. Le profil de « l’expert » rentre en concurrence avec celui du collaborateur « couteau suisse » qui allie plusieurs compétences différentes.

 

« La digitalisation de ton métier ? Une formidable opportunité ! ». Difficile parfois de prendre ce type de propos rassurant pour vrai. Remettre l’humain au cœur des métiers ? L’humain, un mot à la mode… tout comme l’agilité ou encore l’innovation. Concrètement, de quelles opportunités parle-t-on ?

Redonner une place à la rencontre 

 

Prenons les métiers de la banque aujourd’hui. Un client peut à présent réaliser la plupart de ses opérations en ligne. De ce fait, le métier de banquier s’est refocalisé sur la relation client, l’optimisation de l’expérience utilisateur et la conception de solutions sur-mesure en face à face lorsqu’un besoin se présente.

 

L’humain, vecteur de différenciation

 

En réalité, le numérique réduit les inégalités puisqu’il permet un même accès à l’information et une homogénéisation des pratiques. L’humain devient alors un levier de choix pour se différencier face à ses concurrents. Dans le secteur de l’immobilier par exemple, c’est la relation entre vendeur et client qui va jouer sur la décision d’achat.

Mais encore une fois, le pivot qui s’opère autour de la relation de confiance est avant tout au service du succès de l’entreprise. Quelles réelles opportunités le numérique apporte-t-il aux individus ?

 

« Le droit de rêver »

Dans mon enquête de terrain, c’est le témoignage qui m’a le plus marqué. Sarah a travaillé pendant une dizaine d’années au siège d’un grand groupe. Elle était assez épanouie dans son travail mais depuis quelques temps, ça s’est encore amélioré :

« j’avais mis en place toute une organisation pour donner une vraie place à ma carrière tout en continuant à exercer ma passion de l’escalade. Et puis la direction du site a proposé à ceux qui le voulaient de tester le télétravail. Je crois que c’était en partie lié à un manque de place sur site. Aujourd’hui, j’ai l’impression d’avoir le droit de rêver. Il y a 10 ans, quand je me projetais, j’étais toujours rattrapée par la réalité : devoir choisir entre réaliser mes rêves ou garder un emploi stable et épanouissant. Aujourd’hui, je peux projeter de vivre près de la montagne pour continuer les courses tout en continuant à travailler chez *****. Parce que maintenant c’est possible ! Et puis j’ai plus de flexibilité. Je sais ce que je dois produire, je peux m’organiser à ma façon tant que le résultat est là ».

 

L’attrait de la nouveauté

 

70% des métiers d’avenir sont encore inconnus aujourd’hui !

 

Imaginez-vous il y a quelques décennies, en seconde ou en terminale : entre toutes les filières proposées, la filière « surprise » ! L’auriez-vous choisie ?

En réalité, la mention de ces métiers d’avenir ne signifie pas disparition de certains métiers pour apparition de nouveaux. Ce sont les métiers actuels qui vont évoluer et avec eux, les postures et les modes de fonctionnement de ceux qui les exercent. Quel enjeu pour les entreprises ? La conduite du changement et l’accompagnement des transformations.

Innover pour compenser

En 2013, quand Google rachète Waze, la structure ne compte qu’une centaine de collaborateurs pour… 50 millions d’abonnés !!! Qui a besoin d’humains quand la communauté virtuelle est si importante ?

 

Et si les métiers d’avenir étaient ceux qui recréaient du lien pour éviter l’essoufflement qu’on rencontre face au digital ? Nous serons appelés dans les décennies à venir à créer et imaginer pour recréer des ponts et des liens là où le numérique aura remplacé la machine à café

Olga Gilbert

Customer Happiness Officer et Communication

Pin It on Pinterest