Connaissez-vous le crowd-learning ? C’est le fait d’apprendre par les autres (parfois mêmes des inconnus) de façon spontanée. La notion de crowd-learning rejoint celle de sérendipité, qui consiste à apprendre quelque chose sans s’y attendre.

En quoi le crowd-learning révolutionne la formation en entreprise ? En réalité, cette tendance va plus loin et révolutionne jusqu’aux comportements au sein de l’entreprise… sous réserve de pouvoir l’encadrer et l’encourager.

Dans cet article, découvrez le crowd-learning et les formes qu’il prend, comment l’exploiter en entreprise et quels sont les résultats de l’utilisation de cette tendance.

1. Plaisir de transmettre

 

Le crowd-learning a fait son apparition sur les plateformes digitales, réseaux sociaux et autres forums. Il permet à des passionnés d’échanger entre eux des bons plans, des recettes, des savoirs-faire.

Quel plaisir n’y a-t-il pas à transmettre ce que l’on aime ? Mais bien souvent, la peur du jugement des autres est un frein à cette transmission. Aussi, caché derrière son ordinateur et parfois un pseudo, est-il plus facile de communiquer sans se sentir menacé. Davantage que dans un cadre structuré, les communautés digitales donnent le droit à l’erreur, et par là-même, laissent plus de place à l’innovation… 

 

Grâce à cette protection digitale, des individus ont pu prendre davantage confiance en eux, en voyant par exemple, grossir une communauté de followers.

Aujourd’hui sur les réseaux sociaux d’entreprise, les collaborateurs peuvent se réunir par affinités et partager sur des groupes connexes leur goût pour la pêche ou bien encore le tricot (ne riez pas, il revient à la mode !). Certaines startups ont même développé des outils qui permettent de décliner le profil des collaborateurs en fonction de leurs centres d’intérêts. Aussi vais-je, par exemple, me rapprocher dans mon entreprise de ceux avec qui je vais pouvoir partager des centres d’intérêts communs.

Les communautés digitales en entreprise ont cet avantage de décloisonner les services et de permettre à des profils variés de dialoguer entre eux. En outre, sur une même discussion, vont pouvoir intervenir des juniors, des seniors, des experts, des « naïfs », chacun apportant une brique à la construction collective par son point de vue unique. 

 

2. Ouverture et curiosité

 

Dans cette mouvance, les collaborateurs apprennent à se découvrir les uns les autres et à être plus curieux envers les personnes qu’ils croisent tous les jours sans vraiment les connaître. Pour chacun, c’est plus d’épanouissement et d’estime de soi. La qualité de vie au travail intègre cette dimension complète des individus. Il est parfois plus facile d’être heureux au travail quand on peut partager d’autres centres d’intérêts avec ses collègues et créer ainsi des liens plus forts par affinités.

En outre, on développe aussi de nouveaux liens avec des personnes plus éloignées dans l’entreprise (autre site, autre service, etc.) et on étend aussi sa force de frappe. C’est par les « liens faibles » en opposition aux liens forts (personnes de l’entourage proche : famille et collègues proches), qu’on a le plus de chance de développer son réseau. En savoir plus pour ceux que la sociologie des réseaux intéresse ! 

 

3. Partage des pratiques

 

Mais le crowd-learning va plus loin car il renverse le modèle de transmission classique de l’entreprise. Le mentorat et le tutorat ne sont plus de mise quand on peut trouver sur internet LA réponse à sa question parmi la communauté des internautes.

Le risque néanmoins est que l’information qu’on trouve sur le web ne soit pas autant contrôlée et ciblée. Le crowd-learning en entreprise pallie à cela en permettant à tous les niveaux hiérarchiques de contribuer indistinctement à des fils de discussion. 

Quand on sait qu’un collaborateur plus jeune (souvent plus actif sur les réseaux sociaux) va chercher réponse à ses questions sur internet, autant capitaliser là-dessus et lui offrir une communauté intra-entreprise dans laquelle la réponse à ses questions sollicitera ses pairs aussi bien que ses supérieurs, et sera davantage ciblée et contrôlée. 

 

4. L’effet boule de neige

 

En postant une question ou une réponse sur un fil de discussion du réseau interne de mon entreprise, je jette un œil aux autres sujets abordés, l’un d’eux attise ma curiosité, j’investigue. Je me dis que « tiens, moi aussi, je pourrais bien communiquer davantage sur mon expertise… » Une dynamique positive et productive s’engrange et c’est profitable à tous points de vue : partage des pratiques, épanouissement professionnel, intelligence collective, création de lien social…

Voir les autres « oser » aide probablement également à se lancer soi-même. « On ne meurt pas de se casser la gueule » comme disait Jacques Brel, alors autant essayer ! 

 

5. En formation

 

Les formations professionnelles nourrissent ces échanges car elles permettent aux collaborateurs de partager sur ces fils de discussion, ce qu’ils ont appris. Fierté de partager ses découvertes, plaisir d’échanger… Engouement de la nouveauté…

J’ai appris récemment que suite à une formation l’un des collaborateurs de l’entreprise avait réutilisé les contenus abordés lors de la formation pour aider un collaborateur en difficulté sur un fil de discussion. J’ai trouvé ça super ! D’autant plus qu’on ne retient vraiment sur la durée que ce qu’on s’est approprié. Quel meilleur signe d’appropriation que la capacité à restituer ?

6. Le codéveloppement dans tout ça ?

 

Certains me voient venir… Bien sûr que le codéveloppement est une forme de crowd-learning ! Non pas tant parce qu’un groupe va aider une personne à résoudre une problématique. Mais parce que chacun en travaillant sur le sujet d’un autre, découvre qu’il peut lui-même s’approprier des solutions qui ont été données.

Dans la méthode du codéveloppement, plusieurs personnes travaillent ensemble pour résoudre la problématique d’une seule personne. Ce faisant, on prend soi-même du recul sur ses enjeux, on « lève la tête du guidon » et on découvre que, telle solution proposée à un autre pourrait en fait contribuer à résoudre ses propres problématiques. C’est le concept de la sérendipité : je reçois pour moi et j’apprends alors que je croyais contribuer pour un autre… Awesome, right ?

Dans le codéveloppement comme dans le crowd-learning, le collaborateur est responsable de sa formation. En pratique, il recevra autant qu’il investit en temps, présence et implication. Au coeur du crowd-learning, on trouve cette notion d’être acteur de son développement, en demandant, en cherchant par soi-même et en contribuant. 

 

7. Comment le mettre en place

 

Concrètement, pas si simple, car la barrière du jugement des autres demeure et qu’il est difficile en entreprise d’être sous un pseudo. Toutefois, une charte de discussion sur les réseaux sociaux et quelques modérateurs avertis suffisent parfois à permettre les conditions de réussite d’une communauté de partage et d’entraide. Quelques astuces pour une charte des réseaux sociaux en entreprise réussie 

Certains profils se distingueront et deviendront des influenceurs, publiant régulièrement des contenus profitables à chacun. Appuyez-vous sur ces personnes pour solliciter leur avis sur certains messages que vous souhaitez communiquer par exemple. Mais quoi qu’il en soit, ne codifiez pas trop ces communautés, c’est leur souplesse qui fait leur intérêt et leur attractivité.

En amont, identifiez les bons outils digitaux, ceux qui seront le mieux adoptés par les collaborateurs, et ne lésinez pas sur une bonne campagne de com’. Car à toute nouveauté se mêle un chouilla de réticence et l’importance de justifier son choix. Le bonus : sans en avoir l’air, vous allez accélérer la transformation digitale de votre entreprise en mettant en avant les communautés digitales. D’une pierre deux coups, donc. Un article pour en savoir plus

Quant au codéveloppement, prescrivez-en beaucoup, c’est une médecine douce pour l’entreprise, même si elle remue parfois beaucoup ! Un article pour en savoir plus..

Olga Gilbert

Directrice Marketing

Inscription à notre newsletter

Recevez notre actualité en direct.

Merci pour votre inscription

Pin It on Pinterest