Depuis maintenant plusieurs mois, nous sommes contraints au travail à distance, il s’est ancré dans notre quotidien. Et alors que les outils de visio-conférence sont largement plébiscités pour les réunions entre collègues, beaucoup se sentent fatigués plus rapidement, constatent un manque d’énergie, un « ras-le-bol », qui s’intensifie de plus en plus. Mais d’où vient cette fatigue ?

L'inconfort du non-naturel

Une partie de la communication est non-verbale (vocale et corporelle). Dans un échange en face à face, nous ne nous rendons même plus compte de l’importance de se voir, cela est naturel.

Or, dans un échange par caméra, le cerveau n’arrive pas à suivre et puise plus d’énergie pour arriver à capter le regard et suivre plusieurs écrans (dés que l’on dépasse deux participants). Une conversation vidéo requiert donc plus de concentration. En cause, l’impossibilité de s’appuyer sur le langage corporel des interlocuteurs. « Nos esprits sont ensemble mais nos corps sentent que nous ne le sommes pas. Cette dissonance, qui fait que les gens ont des sentiments contradictoires, est épuisante. Vous ne pouvez pas vous détendre naturellement dans la conversation » *. 

Ce n’est pas non plus naturel de se sentir observé « Je suis un peu stressée à l’avance avant de commencer une visio-conférence – Est-ce que l’on va remarquer que je suis fatiguée ? Je dois absolument paraitre éveillée et concentrée ! » Sylvie, Responsable marketing dans le prêt-à-porter. Nous n’osons plus bouger de peur de faire du bruit ou d’être « repéré » et chacun de nos mouvements est anticipé pour rester dans le cadre de l’écran. ** Lorsque cela se répète plusieurs fois dans la journée ou sur plusieurs semaines, toutes ces réunions vidéos contribuent à une fatigue accumulée.

Notre parti pris chez ViTi

Lors de la création de SquareMeeting, l’option d’inclure la vidéo s’est alors proposée à nous. Après plusieurs recherches et études sur le sujet, nous avons pris le parti de ne pas intégrer cette fonctionnalité sur la plateforme. La présence de vidéo, accentue le souci qu’on a de l’apparence qu’on renvoie et à l’attention qu’on porte à chercher à décoder le non verbal de l’autre alors qu’il est décontextualisé à distance. C’est autant d’énergie consacrée à des sujets qui ne sont pas liés à l’objet même de l’échange. Aussi, nous constatons que l’absence de vidéo permet de gagner 20% de concentration. Les participants expérimentent alors une meilleure introspection, écoute et concentration : en vidéo, on peut toujours « faire semblant » d’être là. Sans vidéo, l’attention réelle et l’écoute sont le seul moyen de suivre pleinement la conversation.

L’absence de vidéo renforce la confiance et l’ouverture. On se sent plus libre de se livrer et d’écouter.  Ces éléments sont essentiels à une séance de Codéveloppement réussie. 

« Pour moi, j’ai senti un vrai confort à pouvoir vous parler de ma problématique sans avoir à m’inquiéter de mon image dans l’ordinateur. J’étais plus sereine et je me suis sentie plus proche de vous par la voix, j’ai senti votre écoute de façon très forte » partage Florence, cliente d’une séance. Encore aujourd’hui, nous continuions de croire aux vertus d’une interface visuelle sans caméra pour SquareMeeting, première plateforme de Codéveloppement à distance. Toutefois, nous ne minimisons pas l’importance du visuel pour focaliser l’attention ! Le visuel engage, contextualise, et ancre l’apprentissage dans un environnement kinesthésique. C’est pourquoi sur SquareMeeting, nos fonctionnalités guident et accrochent le regard au service de l’implication : ordre du jour, timer, bâton de parole, rôles, notes collectives et personnelles, passages par l’écrit, sondages, partage de docs, photo de chacun des participants et table ronde.

*https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/zoom-fatigue-pourquoi-les-discussions-en-visioconference-sont-si-epuisantes-20200423

 

** https://www.ladn.eu/tech-a-suivre/zoom-fatigue-notre-cerveau/

Pour en faire l’expérience, rejoignez une séance découverte offerte !

Comments (1)

  1. Répondre

    Je suis une vraie fan. Et j’ai pu constater en facilitant que « l’attention réelle et l’écoute sont le seul moyen de suivre pleinement la conversation » et d’être un véritable contributeur lors d’un codéveloppement.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *