Continuer à progresser, à professionnaliser son animation

Prendre le temps de s’auto-évaluer, une clé pour progresser. Prenez le temps de créer vos grilles d’auto-évaluation ou bien d’imprimer celle ci-dessous pour mesurer votre marge de progression, vos points forts et l’évolution de votre animation d’une séance à l’autre. 

TUTORIEL : Programmer une séance de E-codev en 1 minute

Témoignage de facilitateur

Chaque mois, retrouvez le témoignage d’un facilitateur de la communauté ViTi.

⇒ Consultez les témoignages des mois précédents. 

Les lundis de pratique SquareMeeting

Les rendez-vous « codéveloppement à distance » animés par l’un des facilitateurs de la communauté, pour pratiquer et continuer à apprendre ensemble. 

⇒ Inscrivez-vous comme facilitateur ou participant ! 

Témoignage de facilitateur

Ma première séance

Par Ludovic Boutin, freelance RH Décathlon

 
Yes c’est fait ! Ma 1ère séance a été réalisée aujourd’hui avec la participation de 6 personnes et moi comme facilitateur. Mon groupe en compte 10, ce qui me laisse une belle marge de manœuvre en cas d’éventuels absents. Je me le suis autorisé comme aussi nouvelle expérience, de ne pas avoir systématiquement les mêmes personnes autour de la table.
 
La plupart sont vraiment novices exceptée une personne qui est elle même facilitatrice Codev, formée par Cecodev et installée comme moi sur Montréal. Car la particularité de mon groupe est aussi qu’il est certes composé de métiers différents, d’anciennetés différentes chez Décathlon mais aussi de pays différents avec des français et des canadiens.
 
Nous avons commencé à l’heure en utilisant la bande son de la plateforme SquareMeeting. Cela a été plutôt satisfaisant, juste un bruit parfois lié à l’environnement de certains participants notamment ceux présents en magasin. L’idéal est d’être équipé d’un casque et micro pour éviter au maximum ces nuisances sonores.
 
Une seule coupure (sortie de la réunion) à dénombrer de mon côté au bout de 15 minutes. Après 3, 4 tentatives de reconnexion tout est rentré dans l’ordre, pas eu le temps de paniquer 😉
 
Pour cette première séance, je m’étais donné le défi que le groupe soit rapidement bon et autonome sur le bâton de parole. Objectif atteint, car je n’ai quasiment pas eu à intervenir et les participants ont été très concentrés lors de leur demande de prise de parole (main rouge) et de leur prise de parole (micro vert).
 
J’ai pris aussi un temps pour présenter en quelques mots ce qu’est le Codev professionnel, de poser les règles de fonctionnement pour sécuriser la séance. Je n’ai pas pu m’empêcher non plus de rappeler les 2 géniteurs québecois qui ont des noms si pétillants : Adrien Payette et Claude Champagne.
 
Mais sans trop tarder, nous sommes surtout rentrés dans une vraie séance avec un sujet réel, d’actualité important pour l’un des participants. Un vrai sujet Codev où la personne est impliquée et qui est en capacité d’agir pour faire évoluer positivement la situation.
 
Ensuite, comme toujours la magie de l’intelligence collective a fait son effet grâce à la méthode structurée en 6 étapes. Cette expérience à distance a je trouve, renforcé la qualité d’écoute de chacun, renforcé la place du silence : source de ressourcement et de réflexion pour être encore plus au service du client.
 
L’outil SquareMeeting est un vrai support pour faire progresser le groupe et pour le facilitateur, c’est du moins comme cela que je l’ai vécu. En aucun cas il a été source de stress, d’inconfort pour moi, la séance a été plutôt fluide. 
 
Je crois que l’investissement que j’ai fait lors de la formation, et aussi lors de ma participation à 2 séances d’entrainement a été un vrai plus. L’autre avantage, relevé par les participants est la possibilité de formaliser par l’écriture certaines sous étape du processus, c’est un vrai plus pour ancrer, choisir le bon mot, pour capitaliser.
 
Bref une belle et encourageante première séance qui assurément va en appeler d’autres…et ce dès la mi-mai.

Retrouvez les témoignages des mois précédents


Février 2019 : témoignage de Elodie Herquel, formatrice et consultante en développement professionnel

Ma 1 ère belle rencontre, c’est le co-développement, un processus d’animation structuré et un format fondé sur le croisement des regards. Ce format garantit à mes yeux un soutien bienveillant et constructif au sein d’un petit groupe de pairs. Il permet d’accompagner les prises de décision et les actions concrètes.

Ma 2 nde belle rencontre, c’est de pouvoir travailler à distance, et qui plus est, de pratiquer le co-développement à distance. C’est grâce à Viti que j’ai intégré dans ma pratique, pour la 1 ère fois, le co-développement ET la distance. 

Je suis formatrice et consultante dans le champ du développement professionnel et ce depuis une douzaine d’année. J’utilise Square meeting depuis 1 an, dans une pratique de co-développement à distance. Ce que je souhaite partager au travers de ce témoignage, c’est mon enthousiasme quant à l’utilisation de cette application et à ses effets positifs sur les groupes que j’accompagne. 

Ma première impression, c’est celle de l’efficacité. Il suffit d’une heure ½ à 2 heures pour activer les compétences suivantes : 

Identifier une  « situation problème », et s’autoriser à la soumettre au groupe. Accepter avec ouverture de la regarder différemment et prendre du recul, nuancer son point de vue. Être à l’écoute de ceux des autres, réfléchir ensemble, analyser et suggérer sans donner de leçons. Enfin, soumettre un plan d’action affirmé, en accord avec ses valeurs, ses aptitudes et ses motivations profondes… 

Ces éléments sont indispensables pour garantir l’engagement et la mise en acte à l’issue de la formation… niveau 3 et 4 de Kirkpatrick, de quoi faire rêver tout formateur !

Il suffit d’une heure ½ à 2 heures pour basculer d’un mode mental automatique, englué dans des routines et certitudes et souvent chargé émotionnellement, à un mode mental adaptatif, curieux, innovant, souple, adaptable et calme.

Mon enthousiasme, découle également de la satisfaction à chaud des participants, voici quelques témoignages issus de fin de séances :

« C’est toujours agréable et bluffant de suivre le protocole avec des engagements concrets à la fin »

« Le fait que ce soit plus clair devient moins stressant, je me sens prête et je repars avec des solutions. Cela va beaucoup m’aider. »

« J’ai apprécié l’esprit du collectif face à une problématique personnelle, c’est très utile pour voir les choses autrement  »

« J’ai beaucoup apprécié cette séance, cela nous a permis de reprendre le cours de la formation. »

« Je suis bluffée de l’efficacité du système, de comment cela nous a amenés en quelques minutes à réfléchir. L’outil est super puissant. Je suis hyper touchée que tout le monde ce soit mis à ma place ».

Comme pour beaucoup, la distance n’était pas une appétence pour moi au départ dans le métier. Aujourd’hui, je trouve pertinent de pouvoir faire évoluer mon activité avec son temps, en proposant des séances à distance isolées ou en alternance dans des dispositifs qui mixent le présentiel et le distantiel. Je peux envisager d’élargir considérablement ma cible géographique et je suis fière de pouvoir présenter à mes clients cet outil innovant


Janvier 2019 : témoignage de Carine Eynard, co-fondatrice chez ViTi

Je voudrais vous partager aujourd’hui mon témoignage de facilitation dans la durée. Voir évoluer un groupe d’une séance à l’autre est une expérience hautement satisfaisante ! Mon expérience montre en particulier un étonnant « saut quantique » entre la première et la troisième séance à distance !

Pour moi, s’y exprime la magie de l’apprentissage collectif. Les participants se sont familiarisés avec l’outil. La connexion leur est facile et on démarre à l’heure. À ce stade, il n’est presque plus nécessaire de leur rappeler les conditions de connexion détaillées, ils les connaissent. Cela ajoute au tout un sentiment de légèreté plaisant.

Fonctionner avec le bâton de parole est devenu habituel. Les participants s’amusent même à ne pas répondre à ceux qui parlent sans avoir le micro. Ils peuvent commencer à jouer des règles en les maîtrisant. Ils finissent par s’auto-réguler et donnent systématiquement la parole aux plus introvertis.

L’absence de vidéo a été bien intégrée. Les rares participants qui avaient encore comme photo de profil un voilier ou un chien ont rapidement fait de la remplacer par leur plus beau profil. Aujourd’hui, je ne compte plus le nombre de commentaires de personnes qui partagent ressentir une parole plus libre du simple fait de ne pas avoir une caméra à 30cm de leur visage. J’ai entendu que ça rendait les échanges plus efficaces et plus professionnels aussi, que cela leur permettait d’adresser des sujets plus profonds, ce qui peut être plus difficile à faire face à 5 paires d’yeux rivées sur soi.

Le contenu même de la séance évolue sensiblement. Les sujets sont formulés de façon plus précise et plus ouverte. Je suis toujours agréablement surprise au cours de cette troisième séance de voir les participants commenter leurs propres prises de parole « oui enfin, non, la question n’est pas vraiment ouverte, je reformule ! ».

Les participants sont confiants et plus authentiques dans le partage de « ce qui est difficile pour moi dans cette situation ». Les questions d’exploration sont plus pertinentes, ouvrantes, et apportent déjà un beau niveau de réflexion et de partage des enjeux. De même, les suggestions sont diverses, variées, plus centrées sur la personne que sur son sujet et font souvent « mouche ».

Le niveau de partage et d’authenticité crée un lien fort entre les participants (même quand ils ne se sont jamais vus en présentiel !) – preuve s’il en était besoin que la qualité de la relation est indépendante de la distance kilométrique.

Sans parler des feedback des participants qui expriment largement leur sentiment d’avoir appris, découvert, développé des compétences nouvelles sans s’en rendre compte. Pour certains, l’expérience de cette distance est transformatrice dans leur façon même de travailler à distance au quotidien.

Pendant longtemps j’ai pensé que l’alchimie de cette 3ème séance venait de « l’alliance » qui se crée en présentiel entre les membres du groupe et avec le facilitateur, dans le partage de temps formels et informels, pause café ou déjeuner par exemple… Je suis ravie et fière de vivre et faire vivre cette alchimie à distance, à lui donner une autre forme, complémentaire, supplémentaire.

Présentiel et distanciel ne sont pas des mots satisfaisants sur le plan linguistique mais ils ont pris pour moi un sens majeur. Mon expérience du CODEV à distance m’apprend à cultiver la présence à distance.

Décembre 2018 : témoignage d’Olga Gilbert, associée chez ViTi

Je suis toujours marquée, lors de séances de codéveloppement, par les plans d’actions qui n’ont en apparence rien à voir avec les propositions qui ont été faites. On y sent la surprise du groupe et en même temps le sentiment que quelque chose d’intérieur s’est opéré du côté du client sans forcément qu’on s’en rende compte.

J’anime une séance à distance avec un groupe que je ne connais pas encore. Les participants se connectent et tous sont curieux de la séance qu’ils vont vivre. Ils connaissent déjà le codéveloppement et se connaissent entre eux. Mais ils n’ont encore jamais pratiqué à distance. On les sent heureux de se retrouver, ils se saluent gaiement au fur et à mesure de leurs arrivées sur la conférence téléphonique. La personne dont le sujet est choisi en a visiblement déjà parlé avec ses pairs. Elle ponctue son exposé de « comme vous le savez », « je l’ai déjà dit à certains », etc.

Valérie* est dans une impasse quant à une situation managériale où croyant avoir fait tout ce qui était dans sa zone d’influence, elle ne sait plus quoi inventer pour avancer. Elle ne comprend pas pourquoi le résultat n’est pas au rendez-vous alors que ses actions auraient dû répondre à son besoin de remobiliser l’équipe.  

Au bout de trois quarts d’heure d’échanges et de clarification, elle formule sa demande : « comment ré-insuffler dans l’équipe un esprit de coopération et de bienveillance en tenant compte de mes limites et en préservant mon énergie ? ». En effet, les mois précédents ont été éprouvants pour elle : un très fort investissement dans la tâche qu’elle s’est donnée et peu de retours. Certaines nuits, y penser lui enlève le sommeil.

Puis elle se tait et écoute les propositions et retours du groupe. L’échange se termine après 15 minutes de propositions. Je demande à Valérie si elle se sent en capacité à ce stade d’ébaucher un plan d’action, de formaliser par écrit quelques pistes pour avancer sur son sujet. Elle me dit que oui et commence à écrire. Pendant ce temps, comme d’accoutumée, les consultants travaillent sur leurs apprentissages, les résonances avec leurs propres situations ou leur pratique.  

Lorsque Valérie est prête, elle ne publie pas tout de suite ce qu’elle a écrit : « voilà, nous dit-elle, j’ai déjà fait tout ce que vous m’avez dit ». 

Je suis bien embêtée à ce stade !!! Aurais-je manqué quelque chose ? Dans le questionnement ? La clarification ? Quels signaux n’ai-je pas vu marquant son potentiel désintérêt dans la phase d’apports ? Mais elle poursuit : « Ça me fait beaucoup de bien. Je réalise que j’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir et qu’à ce niveau le problème ne vient pas de moi. Est-ce que j’ai envie d’en porter le poids toute seule ? Non. Je réalise que je ne suis plus forcément à ma place ».

Puis elle partage ce qu’elle a écrit et qui tient en une ligne :

  • Préparer mon départ et la suite de mon parcours professionnel dans un autre service ou une autre entreprise.

Silence complet autour de la table virtuelle. Chacun semble écouter ce qu’il ressent par rapport à cette annonce déconcertante ! Jamais jusque-là il n’a été question pour la cliente d’arrêter ou passer à autre chose. Mais finalement, chacun semble sentir que la décision est ajustée à la situation. On sent la cliente apaisée, sereine.

La séance est encore trop récente pour que je sache si cette personne a mis son plan d’action en œuvre. Mais qu’importe ! Si cette décision lui a permis de rebondir, gagner en sérénité, lâcher prise pour mieux se ressaisir du sujet par la suite … Je suis personnellement repartie enrichie et, comme le reste du groupe, heureuse.

Le tour de table final et le partage sur les apprentissages de la séance a mis en valeur le sentiment d’équilibre et d’ajustement que chacun ressentait à la fin. J’ai ré-appris de mon côté à quel point le plan d’action appartient au client et à quel point la relation d’aide n’est pas où on la croit candidement : dans les conseils et les avis, mais dans ce qu’elle permet introspectivement pour le client d’une séance. 

*Prénom fictif. 

Vous souhaitez partager votre témoignage ?

Faites-nous savoir comment vous contacter


LES LUNDIS DE PRATIQUE SQUARE MEETING

Le rendez-vous « codéveloppement à distance » animé par l’un des facilitateurs de la communauté. L’occasion de pratiquer, travailler sur sa pratique, se familiariser au format « distanciel » et recevoir du feedback du groupe sur sa posture d’animateur ou de consultant.

M’inscrire

Faites-nous savoir à quelles dates vous souhaitez participer et dans quel rôle


Animatrice certifiée en Codéveloppement Professionnel, j'anime des groupes en présentiel et à distance depuis maintenant 3 ans. J'ai rejoint ViTi qui a développé la première plateforme de codéveloppement à distance, convaincue que la méthode peut s'adapter aux enjeux actuels de la dispersion géographique de nos entreprises. Et même qu'elle contribue à répondre aux défis que posent les nouveaux modes de travail à l'ère du digital.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *